Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pereg.over-blog.com

Gouvernement, Avortement et SuperVéga.

25 Octobre 2020 , Rédigé par Pereg

Dimanche fin de journée, posé à Kaléidoscope à Gemmayzeh, une connexion internet défaillante dans l’appartement m’a obligé à migrer ici pour travailler un peu et écrire doucement. A défaut de pouvoir le faire à la maison, ça a le mérité de me faire sortir de ma chambre que je n’aurais pas quitter sinon de toute la fin de journée. En effet, depuis mon retour de la marina, l’idée était simplement de rester au calme et profiter de cette fin de journée. Cette semaine a été des plus particulières. Au niveau libanais avec ce nouveau premier ministre, mais aussi sur le plan international pour moi avec ce nouvel arrêt de la Cour suprême polonaise. Je suis assez choqué de voir que le monde ne tourne pas vraiment rond…

En effet, après avoir tenté de réduire à néant le droit à l’avortement en 2016, le gouvernement polonais est cette fois passé en force sur le sujet, ne permettant plus de recourir à cet acte que de manière plus que réduite, pour ne pas dire quasiment nulle. La Pologne de 2010, celle que j’ai vécu était bien plus ouverte qu’actuellement et ça me fait mal au cœur de voir cette nation polonaise, suivre ce gouvernement et se renfermer sur elle-même. Ça me choque toujours de voir que ma ville de cœur n’est plus que l’ombre d’elle-même. Les LGBTQ+ ne sont plus acceptées dans certaines villes, l’éducation est repartie à l’envers, le rapprochement avec la Hongrie de Victor Orban et le scepticisme européen du PIS me touche profondément. Alors que je m’étais dit que j’irai peut-être un jour y enseigner, il est délicat de m’y projeter à présent, vraiment très délicat…

Ce fait remarquablement triste n’est pas le seul à m’avoir fait réfléchir et inquiéter. L’annonce du retour comme premier ministre de Saad Hariri m’a vraiment surpris. Je ne pensais pas que les parlementaires oseraient à nouveau lui confier les clés du gouvernement libanais. Mais il faut croire que ça a fonctionné comme effet d’annonce déjà. Car oui la livre libanaise est remontée un peu face au dollar. Effet d’annonce ou fléchissement de long terme ? Nous le saurons dans quelques semaines. Mais déjà de revoir l’image de Bassil, Aoun et lui, montre combien la classe politique libanaise est réduire et le choix de nommer à nouveau Saad amène à compléter la réelle révolution. Un retour complet à la situation précédente, mais dégradée comparée à l’année passée. Les prochaines semaines seront déterminantes, mais dans un pays déjà usé par la crise économique, la crise sanitaire, l’effet de réformes potentielles sera long à venir assurément. C’est d’ailleurs à ce titre que d’ici au 9 novembre, je ne verrai plus un élève en classe. Il ne reste que trois jours avant les vacances et ce seront des jours de travail à distance… C’est fou de se dire qu’on est dans un des seuls pays au monde où les élèves n’ont pas repris le chemin de l’école. J’ai du mal à comprendre pourquoi, mais des gens avisés ont commencé à m’expliquer aussi la difficulté d’aménagement des transports scolaires et de la non prise de risque vis-à-vis de la situation sanitaire… Ce n’est pas simple, ça montre une fois de plus la difficulté dans laquelle est plongée le pays des cèdres.

Après ces nouvelles plutôt délicates, je dois avouer avoir passé un des meilleurs weekend depuis mon arrivée au Liban il y a deux ans. On m’avait proposé voilà des semaines, de participer à une sortie en bateau. Oui en bateau. SuperVéga de son surnom hommage,  43 pieds, GV et foc, avec un moteur pour pousser un peu. Je n’avais pas demandé notre objectif, il m’a été dit en arrivant à la marina. On visait l’île aux lapins du côté de Tripoli, après une nuit vers Batroun. C’était le plan initial… sept matelots s’en vont en mer, des enseignants émérites assurément et marin d’eaux douces pour la plupart. J’avais navigué sur des petits bateaux et seulement de manière diurne, là nous allions passer la nuit sur le bateau. Une première bière ouverte dès la sortie de la marina, nombreuses sont celles qui ont suivi. Ainsi on tirait notre premier bord, je m’étais attaqué à l’enrouleur du foc et un collègue à la barre. On sortait les 5/6 nœuds en étant au pré avec un vent du nord, idéal. J’ai eu le plaisir de prendre la barre en suivant.

Le sourire provoqué, nullement autre que sincère, quel pied d’être au Liban et de naviguer. De me retrouver avec des hommes géniaux avec qui ont a discuté de très bonne manière. La nuit approchait et on décidait de ne pas mouiller à Batroun mais de filer directement vers l’île aux lapins et de jeter l’ancre là-bas. La nuit tombait et barrer de nuit est tellement autre chose. Le vent mollissait un peu, mais j’avais surtout du mal à sentir comment me situer. J’ai eu ainsi le plaisir sans virer de bord de me retrouver face au vent et devoir faire un 360 bonus, provoquant l’hilarité générale sur le pont. C’était mérité et je ne pense pas que c’était du à une alcoolémie montante, mais plutôt à mon inexpérience à barrer cette taille de bateau, je connais mieux les cata, les lasers ou les 4.20… On continuait à rire, à discuter et plus encore, la gentiane fut ma découverte du soir, une distillation très intéressante. Vers minuit ancienne heure, nous arrivions au moins aux ¾ de notre route, un vent tournant et violant s’est levé. Bien trop pour qu’on ne puisse pas le prendre en compte. Alors que nous étions proches de notre objectif, il a fallu affalé les voiles très rapidement et faire le chemin inverse. On a donc navigué jusqu’à la baie de Jounieh pour nous mettre à l’abri. 3h du matin et des poussières, mais je n’y étais pas car une fois les voiles ramassées, ma présence n’était plus nécessaire et le sommeil est venu me chercher. 7h debout, dernier levé, petit déjeuner au calme et baignade improvisée. Le vent était tombé. Mer d’huile, un calme plat qui nous incitait à rentrer plus tôt que prévues car les sensations, nous les avions eu la veille et ça n’était pas important de prolonger. Un dernier petit barbecue des familles au port et on quittait le bateau, un peu plus de 24h après être monté dessus.

Ça restera un de mes grands moments au Liban ! Il y a des choses comme ça que je rêvais de faire, cette occasion me fut donner, je l’ai saisi. Bien sûr il y a encore plein de choses qui restent à découvrir, et déjà peut-être durant les vacances qui démarrent mercredi !

Gouvernement, Avortement et SuperVéga.
Gouvernement, Avortement et SuperVéga.
Gouvernement, Avortement et SuperVéga.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article