Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pereg.over-blog.com

Accomplissements

24 Janvier 2021 , Rédigé par Pereg

Le terme anglais est encore plus puissant « achievements ». C’est l’état d’esprit qui pourrait caractériser le weekend que je vis. Ces accomplissements peuvent être relatifs d’ailleurs car leur importance n’est pas celle qu’un tel titre pourrait laisser supposer, mais il correspond pleinement à mon ressenti actuel, celui d’une fin de boucle et le début d’un nouveau processus.

Le premier de tous, la fin de mes dossiers pour septembre prochain. Après avoir rédigé durant la semaine les lettres de motivation à la main pour toutes mes destinations, j’ai pris le temps hier soir d’envoyer les dossiers complets par mail. Copenhague, Montevideo ou encore Belgrade, Alea jacta est comme on pourrait dire. Il n’y a plus qu’une seule chose à faire, attendre. Les commissions auront lieu fin février début mars, on verra si j’ai le plaisir d’être appelé pour partir dans un nouveau pays où si je devrai faire mes valises pour l’Ille-et-Vilaine. Il est bien trop tôt pour le savoir, et d’ailleurs ça ne servirait à rien de se poser trop de questions maintenant. Je n’arrive pas à savoir si j’ai vraiment des chances d’être sélectionné par les commissions des pays dans lesquels j’ai postulé, mais j’aspire vraiment à un nouveau périple, une nouvelle étape dans un pays inconnu. L’envoi de tous ces dossiers m’a simplement confirmé sur ma volonté d’ailleurs, et même si mon trio de tête n’a pas changé, Buenos Aires, Hanoï et Kiev, il se peut que ce soit un autre pays. L’envoi de ces dossiers marque une nouvelle étape, la dernière de ma présence au Liban, ultime phase, juste profiter de ma vie ici, autant que possible.

Il est clair que ce n’est pas la chose la plus simple du monde en ce moment. En effet le confinement complet du pays nous oblige à rester à l’intérieur toute la journée. Même si je fraude un peu malgré tout pour aller prendre un peu l’air, marcher moins d’une heure, je sature de devoir rester bloquer ainsi. J’ai la chance d’avoir le salon et de l’espace malgré tout pour travailler, mes colocs ont été bien généreux de me le laisser pour faire mes heures de visioconférence dans la journée, mais c’est vraiment pénible de devoir faire des visioconférences. Ce sera prolongé d’ailleurs jusqu’aux vacances de février, à minima. Ce n’est pas le métier qui fut le mien avant, mais cette crise de la COVID19 à profondément modifié notre quotidien. Face à un écran toute la journée, des élèves en visioconférence. Les connaissances sont transmises, mais ce métier est tellement plus que des additions. Si l’école n’était que connaissance,  depuis longtemps l’institution aurait évoluée pour ce devoir de transmission. Mais dans cet établissement, dans ce lieu, il y a plus que ce transfert de connaissances, et c’est ce qui fait clairement défaut aujourd’hui. Je le vois bien avec mes élèves, leur motivation, leur attitude face à l’écran sont des choses que l’on ne peut pas contrôler. Il en est de même d’ailleurs pour moi, j’ai évidemment plus de mal. Cette période durera le temps qu’il faudra mais je me dis que peut-être, elle durera jusqu’à la fin de l’année scolaire, voir plus. Ainsi je sais que je suis encore coincé à l’appartement pour quelques temps encore…

Je me le dis souvent d’ailleurs, mais je suis vraiment ravi de vivre dans cet appartement à présent. Ma chambre, mon balcon, le salon mais surtout mes colocs, sans eux, je pense que cette période délicate aurait été beaucoup plus délicate à gérer. La journée de vendredi en a été la preuve parfaite. Marc a fait son exposé de fin d’études à 14h et à partir de 16h nous avons célébré ça comme il se devait, apéro, burger, jeux de société et belles discussions, tout ce que l’on pouvait espérer faire ensemble. Son accomplissement à lui, celui sacrant deux ans de boulot, ce n’est pas rien, ce devait être célébrer dignement malgré tout. Alors, être confiné ensemble est bien plus agréable que si j’étais resté dans ma coloc précédente assurément. J’y aurai probablement pêter un plomb. Ce n’est pas un tort que de le dire. Je me sens bien ici et c’est aussi clairement grâce à eux.

Le sport en ce moment c’est mort. D’autant plus que j’ai mal au genou depuis la fois où j’ai été faire du foot. Le verdict a été sans appel, contusion du ménisque externe gauche. Le médecin que j’ai été voir, ressemble à Bernie Sanders, sans sa chaise pliante. Il m’a dit trois semaines de repos complet… ça craint ! Mais je vais respecter la consigne si je veux pouvoir m’y remettre à fond à partir de mi-février. Rééditer la galère que j’ai eu avec mes adducteurs, je ne le souhaite pas du tout, donc je fais ce que me dira le médecin. En attendant, je prends mon mal en patience et je m’occupe comme je peux, en finissant par exemple «vingt ans après». Les mousquetaires m’ont ramené au XVIIème dans cette France historique et avant d’y retourner pour trouver le vicomte de Bragelonne, j’ai quelques autres histoires qui me font envie. La lecture n’est d’ailleurs pas forcément aisée dans cette période où la motivation a tendance à disparaître. Cependant, aucun plaisir n’est comparable au transport que nous livre les mots. Je ne me considère pas comme un gros lecteur, mais les mots sont bien ceux qui me font le plus rêver. J’ai toujours eu plus de mal avec les livres de développement, mais je ne doute pas de m’y essayer un jour.

Ainsi, devant le match des canaris, je vais lâcher le clavier profiter de la soirée à venir pour me plonger dans une nouvelle histoire, le soleil a déjà commencé à décliner et bientôt il fera nuit. Mes dossiers, un bon livre, et la fin d’étude de mon colocs furent les accomplissements réalisés. Pas d’Himalaya, pas de plonger vers une épave, à chacun ses sommets.

Fin!

Fin!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article