Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pereg.over-blog.com

XVII. Permis moto, performances et Livreval

5 Décembre 2021 , Rédigé par Pereg

ma chanson de la semaine

Dimanche fin de journée, et je vais passer ma soirée sur des corrections, après mon retard pris durant la semaine, c’était une évidence que j’allais devoir m’y recoller. Mercredi je dois rendre les bulletins, et bien qu’on le sache depuis quelques semaines j’avais eu du mal à m’y mettre, il faudra que tout soit fini pour mercredi. Et ça le sera. J’y passerai une bonne partie de la soirée mais qu’importe. Je savais que la limite arrivait et comme la semaine ne fut guère productive, le travail à distance nous atteint tous à différent degrés et la motivation est la première des grandes difficultés. Il est clair que le travail devrait être le seul objectif, l’essentiel est de le réaliser.

Chaque jour ou presque, après l’école, je suis bien occupé. Piscine le lundi, mercredi escalade, jeudi badminton, et vendredi vietnamien. Cette semaine fut un peu différente. La perspective d’un premier triathlon organisé au lycée changeait mon programme d’entrainement. J’ai donc forcé un peu sur la natation lundi, je voulais tester voir, si je pouvais forcer un peu plus le trait, j’ai réussi à faire 2000m, presque sans m’arrêter. Mine de rien, je suis en bien meilleure forme que je ne l’étais en arrivant ici, ou plutôt après les premières semaines de confinement. Mercredi troisième séance d’escalade, celle pour moi de décision. Savoir si je continue ou si je m’arrête là. Après deux pistes avec dévers, j’ai refait la piste que j’avais fait au départ, il y a deux semaines. J’ai eu le plaisir de constater à quel point c’était différent et que j’étais plus à l’aise. J’ai progressé, déjà pouvoir me déplacer latéralement ou lieu d’être face au mur, et puis les avant-bras bien moins douloureux. Ça m’a vraiment fait plaisir. Je sais bien qu’avec mon gabarit, quoiqu’il se passe ce ne sera pas facile mais il n’empêche que je vais continuer et découvrir un peu plus cette activité. Jeudi soir badminton, le gymnase était un peu plus calme cette fois-ci mais j’ai eu de quoi courir, notamment un simple avec Minh-Duc de haute volée. On a arrêté au bout de deux sets car le vrai défi physique pour moi arrivait.

Vendredi à 15h30, premier triathlon. Bien sûr nous étions dans la piscine du lycée, mais qu’importe, enchainé trois disciplines aussi variées est un effort très intéressant. 400m au démarrage, je n’avais jamais nagé aussi vite, en moins de 10 minutes c’était accompli. Vint l’heure du vélo, nous y sommes allés en groupe, l’aller tranquillement, mais au retour avec certains, on a décidé de pimenter un peu et d’accélérer. C’est là que j’ai constaté une fois encore que mon vélo est de piètre qualité. Je devais vraiment forcer sur les pédales pour suivre le rythme de mes camarades. La boucle cycliste terminée, on enchainait sur le stade du lycée en course à pied. Les jambes en feu, ça ne m’a pas empêché de démarrer, un tour, puis un second, pour finir treize tours plus tard avec 5km au compteur en moins de vingt-huit minutes. En moins d’une heure et demie avec les changements d’épreuve, je m’étais surtout prouvé que j’avais retrouvé de la condition physique. Il s’agira à présent de conserver avant de penser à progresser plus encore. Mes performances ne sont pas exceptionnelles, loin de là, mais me prouver à nouveau à moi-même que j’en était capable est un vrai plaisir.

Ce dimanche, on m’a donné l’opportunité de passer mon permis moto. Pourtant oui je l’ai déjà eu au Liban. Cependant, souhaitant le faire transférer en France, procédure toujours en cours (et pas près de se terminer) je n’avais pas ma licence libanaise pour le prouver et faire un transfert ici qui m’aurait permis de conduire un peu. J’ai choisi directement de passer le permis gros cube, pour avoir une moto plus grosse qu’une 175, du moins c’est l’idée, et au contraire des autres, n’aura pas de date de péremption. L’intérêt pour moi est multiple car ainsi je peux également, si mon transfert de licence libanais venait à échouer, le faire avec la carte vietnamienne. Ce matin donc réveil 5h30, 6H15 avec Lionel à Mipec pour prendre un taxi. On avait dû préalablement passer un pcr rapide, pour venir à l’examen. 7h00 départ du bus d’AEON mall un peu au sud-est. On est sorti de la ville pour rejoindre un centre d’examen à une heure d’ici. Il y avait trois étapes. La première est de savoir si je parle assez vietnamien pour faire l’examen écrit. Contrairement au Liban où l’on peut passer le test en français, il est forcément en vietnamien ici. J’ai donc dû lire une phrase (que je n’ai pas compris) qui voulait dire que j’étais capable de lire la langue locale. Assis à côté d’un assistant pour le test, il me donnait les réponses en me disant quelle case cochée. Moi qui voulais tout faire légalement, j’étais obligé de me transgresser pour pouvoir conduire officiellement une moto ici…

Vint l’étape de la conduite. Le parcours fut un peu plus long, un huit complet puis une sortie sur une ligne droite, un slalom et une dernière ligne droite avec des ralentisseurs. Dit ainsi ça n’est pas très compliqué. Cependant, contrairement à Beyrouth, la moto pour l’examen nous est imposée. Il y en avait deux sur lesquelles on a pu s’entrainer, une lourde avec un autocollant Chelsea et des problèmes électriques au démarrage. Une autre bleue avec un guidon de biker très désagréable et sans frein. Chacune avait des défauts et l’on n’avançait pas tellement sereinement pour l’examen. Voilà des mois que je ne m’étais pas assis au guidon d’un deux roues. Je fus appelé en premier des « Tei » les étrangers car tous les locaux passaient avant. Après une hésitation je me suis lancé. J’ai fait mon parcours et à la fin j’ai entendu « Thi dat », qu’on pourrait traduire par « validé ». L’examen de conduite se passe sur 100 points, cinq points en moins par faute. En signant la feuille j’ai constaté que j’avais fait trois erreurs, 85. Qu’importe l’essentiel était là. Dans deux semaines j’aurais officiellement ma carte de permis et d’ici là je ferai contrôler ma petite pétrolette. Je vais pouvoir explorer la ville sous un autre jour, plus loin, plus vite et finalement, me voilà en avance sur le planning imaginé. Je prendrais le temps de choisir quelle sera ma monture mécanique, à présent que je peux le faire je n’hésiterai pas.

Je rongeais un peu mon frein de ne pas pouvoir utiliser la moto de Zai que j’avais acheté, mais je voulais le faire de manière légale, ravi de voir que j’ai bien fait de patienter. Il ne me reste qu’à finir mes bulletins et après je pourrais dire ce début d’année vietnamien, bien que chaotique par certains aspects, sera plutôt réussi. Deux semaines avant les congés de Noël et ici je ne ressens pas le mois de décembre, ni la météo ni l’atmosphère me font penser à Noël mais ce n’est pas grave, je vais le découvrir sous les tropiques.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article