Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
pereg.over-blog.com

Notre-Dame de Paris

21 Avril 2019 , Rédigé par Pereg

mon barbe préféré toujours traitant d'une actualité particulière.

Les vacances ont débarqué et avec elles, une pluie renouvelée qui ne fait qu’inciter à rester au calme à l’intérieur, ce qui n’est guère mauvais pour se reposer également. J’ai récupéré l’appartement pour la venue des parents, c’est un plaisir d’avoir une telle vue malgré la pluie et simplement le calme régnant ici n’a rien à voir avec ce que je peux vivre dans mon quartier. Ce qui pourrait déranger le plus, ce sont le vent et la pluie, pas de vis-à-vis et peu de bruit de la rue, que demander de plus. Je sais que mon appartement n’est pas parfait mais pour ce que j’ai à faire, il est plus que suffisant. Le seul hic est que l’eau a été coupé et forcément tout est plus compliqué et c’est bien plus facile pour moi de ne pas y mettre les pieds pendant quelques jours. Je suis à nouveau passé ce matin prendre ce qu’il me fallait pour la semaine, il n’est clairement pas habitable en ce moment. En tout cas demain, les choses seront prêtes pour l’arrivée des parents, et c’est bien là l’essentiel.  

En attendant je compte profiter pleinement de ces journées de calme après deux jours de travail pour lire car c’est aussi et c’est surtout ça les vacances pour moi, je les passe à coup de lecture intensive. Mais quelque part je n’ai pas la tête qu’à ça. Car avec ce qui s’est passé en début de semaine à Paris, on dira ce que l’on veut mais j’ai été sacrément touché par ce qui s’est passé. Déjà au départ je ne l’ai pas cru quand Clara me l’a annoncé. Non ce n’était pas possible qu’un tel monument brûle. Non ce n’était pas imaginable qu’après des siècles de stature, elle puisse brûler aussi facilement. La forêt, la flèche, tout disparaissait en direct sur les télévisions du monde entier. Meurtri par un tel évènement, et en début de semaine sainte, j’ai même failli retourner à la messe rien qu’à cause de ça, mais je m’en suis raviser. Je ne doute pas d’en faire une avant mon départ du pays, ça ne sera pas de suite.

Je suis passé très souvent sur le parvis de la cathédrale parisienne depuis que je suis adulte. Mais je ne me souviens que d’une telle entrée, en 2008, quand je me promenais seul à Paris. J’avais pris le temps de rentrer ayant entendu parlé de la fameuse tenue du Louis IX. J’y ai découvert d’autres merveilles. Depuis je ne crois pas l’avoir refait et forcément à l’aulne de la tragédie de la semaine, je ne peux que le regretter, j’ai toujours profité de mes passages parisiens pour visiter des musées et autres lieux, mais Notre-Dame, je ne faisais que passer devant, comme sous si la voir suffisait et qu’il n’y ait besoin de rien d’autres pour que je sois bien.

J’ai cette semaine pris le temps de regarder les photos que j’avais sur mon ordinateur de mes escapades à la capitale quand j’étais un peu plus jeune et j’y ai trouvé ce que je cherchais, des clichés de la cathédrale, seul ou accompagné, mais toujours avec un cadre très relatif. Je savais dès le départ que j’en avais une avec Alex qui je ne sais pour quelle raison était sur place qui date de cette époque là. On a pas mal changé depuis tous les deux, mais le bâtiment lui n’a jamais bougé d’un pouce. Cet édifice a d’apaisant qu’il est un socle de l’histoire française, construit au Moyen-Age, fini durant la guerre de Cent ans, et a traversé toutes les époques depuis. Représentant la France durant de nombreux siècles, il fût le théâtre de tant, d’un livre, de films, et plus encore. Ce monument représente ce qu’il y avait de plus solide, d’inaliénable dans la France d’aujourd’hui. Je n’y ai pas versé de larmes, mais j’ai eu du mal à m’en remettre malgré tout et poser quelques mots sur le papier m’apaise un peu en ce mercredi de vacances.

Oui les dons ont afflué de partout, de grandes entreprises françaises et autres, on les estime à prêt d’un milliard d’euros. C’est forcément démesuré de voir de tels chiffres annoncés, mais je suis déjà ravi que la reconstruction n’est déjà plus un enjeu financier dont on doit s’occuper. Oui ça peut paraître très niais mais savoir que les fonds récoltés serviront pour cette église mais pour la préservation du patrimoine culturel français, c’est un bienfait. Je comprends également les personnes qui se sont horrifiées de voir les grandes fortunes françaises débloquer autant d’argent en si peu de temps et ne pas le faire autrement pour d’autres causes, comme l’emploi ou les sans-abris. Mais je ne peux pas me montrer véhément envers ceux qui ont fait cet effort. On pourra également me dire qu’un musée brésilien historique a subi le même sort dans l’anonymat général et je serai d’accord, que la vision globale est forcément occidento-centrée. Mais sans être naïf ni vindicatif, je suis simplement ravi que l’on pourra rebâtir Notre-Dame, qui est une grande de notre pays.

J’ajouterai en ce dimanche de Pâques que ce matin en retournant vers Zarif, J’ai eu le plaisir de voir une procession pascale de plus de deux cents personnes se rendant à l’église. C’est quelque chose auquel je ne suis pas super habitué mais la ferveur religieuse n’est pas sans me rappeler la Pologne, même si la tradition maronite diffère évidemment de celle de l’église de Rome. Game of Thrones également a fait son retour sur les écrans et j’ai hâte de poursuivre cette saison qui s’annonce à nouveau épique et pleine de surprises. Oui en ce dimanche au calme, les filles vont bientôt arriver pour le thé et nous irons ensemble au Yoga, c’est ça aussi qui est fort appréciable. Simplement se poser.

2008 sur le parvis de Notre-Dame, on a quelque peu changé...

2008 sur le parvis de Notre-Dame, on a quelque peu changé...

Lire la suite

Anniversaire d’Elise, vélo et guerre du Liban

14 Avril 2019 , Rédigé par Pereg

Dimanche matin, ou plus tellement le matin, j’écris mon article sans trop savoir où je vais car mes pensées vagabondes pleinement aujourd’hui. La nuit fut courte comme fut la précédente, une nouvelle fois j’ai bien profité du weekend sans abuser non plus mais suffisamment pour être fatigué de belle manière. C’est ça qui est fort plaisant aussi, sourire à la vie et voir les gens que j’apprécie ici. Je vois les vacances pointer leur nez et c’est aussi ça qui compte car je sens que c’est clairement nécessaire de se reposer mais tout cela sera des plus actif par la venue parentale.

Alors sans trop de digressions je vais essayer d’aller jusqu’au bout de mon écriture de ce jour, même sans trop savoir que je pourrais dire. En effet la semaine a été assez harassante, travail intensif même si le programme est quelque peu modulé par les interventions de Yann le clown. Les élèves sont en préparation d’un spectacle qui prendra place mardi prochain, avec de très belles choses de prévu, j’espère qu’ils réussiront les activités proposés et que tout cela rendra bien sur scène. Je m’inquiète mais dans le fond je suis assez sûr du résultat, ça va le faire car ils ont bien été préparé et savent bien faire les choses. Vis-à-vis de ça, j’ai dû forcément faire des changements, et je trouve que j’ai du mal à avancer avec le programme mais qu’importe finalement car je sais que le principal est qu’ils prennent du plaisir sur scène, on reviendra à la conjugaison plus sérieusement au retour des vacances, car c’est aussi ça. Mercredi après-midi je serai en vacances, c’est quelque fou de se le dire mais j’ai hâte de pouvoir me poser un peu.

Mine de rien, hormis le boulot, peu de choses se sont passées cette semaine, car en quittant l’école aussi tard, il ne peut pas vraiment se passer grand-chose.  Un peu de sport néanmoins, mon cours d’arabe également et comme chaque jour un peu d’espagnol en prévision de l’été à venir. Oui mine de rien ma routine est fixée, car j’ai toujours de quoi m’occuper. En revanche et ce depuis quelques temps, je mange un peu plus mal, un peu trop, je n’oublie pas de manger entendons nous bien, mais je le fais surtout le weekend de manière moins sérieuse et peu variée. Je vais changer ça rapidement car je sais que ce n’est pas la meilleure manière de me sustenter.

Alors quand le weekend est arrivé, j’ai vraiment pris le temps de penser à autre chose. D’abord avec Clara et Lucie, on est allé au concert à Monot, j’apprécie vraiment la musique classique même si ce concert de Chopin et Shahrazade de Rimski-Korsakov m’ont moins plu. Direction Riwaq ensuite pour retrouver Waël et Ghina. J’y ai vu également les brésiliens et d’autres personnes que j’apprécie. Partant à minuit, je suis passé chez Toro’s sur le retour pour voir s’il y avait quelqu’un que je connaissais. Karam, Charlie et Katlyn y étaient. La soirée fut plus longue que prévu et fort plaisante.

Un samedi de repos, il n’en fallait pas moins avant de filer rejoindre Mona pour une exposition de photos prises par des enfants du camps d’Abbas au nord du Liban. Nous sommes ensuite aller du côté Beirut by bike, elle m’a confessé ne pas savoir faire de vélo et donc on a essayé ensemble de l’aider à s’améliorer là-dessus. Je me suis rendu compte à quel point ce qui me parait naturel et facile, peut être d’une incroyable difficulté quand tu dois l’apprendre en tant qu’adulte. Au bout d’une heure, nous n’avions toujours pas réussi à lui donner suffisamment confiance pour que ça marche, mais on essayera à nouveau assurément. Il était temps pour moi de rejoindre la soirée d’Hadi à Arka. La soirée fut fort sympathique à nouveau et c’est ça qui fait plaisir assurément.

Ce dimanche, obligation d’être sérieux, travail avant tout mais discussion aussi en famille, pour l’anniversaire d’Elise d’abord et cette puce grandit bien, mais aussi en préparation de la venue des parents et plus encore. Tout va bien se passer et j’ai hâte de les recevoir. Dans huit jours ils seront là. A présent, je retourne à mon arabe, je dois vraiment m’améliorer.

Je cite aussi la guerre du Liban car le 13 avril 1975 démarrait officiellement la guerre civile. Des commémorations ont eu lieu dans plusieurs endroits mais je n’y ai pas pris part du tout, j’ai encore du mal à comprendre ce conflit et toute la complexité qui en découle. On retrouve encore aujourd’hui des divisions géopolitiques fortes qui découlent de cette guerre civile. In memoriam.

Lire la suite

Clown, Soldat Louis et Mona Lisa

7 Avril 2019 , Rédigé par Pereg

Première semaine d’avril, avec un temps encore mitigé malgré quelques belles journées, le temps défile décidément. Oui, on est déjà rendu en avril, et je n’ai pas eu l’impression d’avoir sorti la tête de l’eau. Une douce apnée, intense et belle c’est aussi ça que j’apprécie en vivant ici, je ne vois pas le jour, ou plutôt je ne le vois que trop bien.

Cette semaine j’ai essayé de remettre les choses en place, reconstituer les pièces de ma vie quotidienne comme je la souhaite, avec un retour à la salle de sport pour trois séances semaine. La salle en bas du lycée que j’avais décidé de tester. C’est plutôt sympathique et les machines plus intéressantes que dans celle que je fréquentais.  Petit bonus en arrivant, j’ai découvert une qui sert à muscler les adducteurs. Je n’avais pas trop réfléchi mais c’est logique que ce genre de choses existe. En tout cas, c’est bien l’objet sur lequel je vais me focaliser durant les prochaines semaines avec le dos et la ceinture abdominale. Je n’oublierai pas le reste, mais je sais que mon renforcement musculaire passe avant tout par là. Quand je vois et ressens les courbatures après ma séance de Yoga, il n’y a vraiment pas photo et ce sont ses zones qui sont les plus sensibles. Merci Gourcuff, mais je vais essayer de ne pas finir dans le même état que toi. Alors un rythme de trois séances semaine pour retrouver une forme sportive relative est nécessaire au plus haut point.

On en rigolait avec Fehmi, mais des soirées open-bar comme j’ai eu l’occasion de faire vendredi n’est clairement le bon processus pour le corps humain, où l’on enquille à foison même si le lendemain pas une trop forte gueule de bois, ce n’est en rien idéal. Du coup, j’ai réfléchi sérieusement à ce qu’il m’a dit, de me faire un « ramadan ». Cette idée qui prête à sourire au départ ne me déplait pas au contraire et je peux l’adapter à ce que je vis. Pas me nourrir du lever au coucher du soleil tous les jours non, mais le faire deux trois jours par semaine, et surtout plus d’alcool, plus de tabac et arrêter complètement certains aliments ; tout ça ne pourra guère me faire du mal au contraire. Je me dis également que dans mon quartier c’est une chose qui va forcément avoir de l’importance et je suis curieux de voir comment il sera abordé au lycée avec les enfants, je vois déjà le sujet sensible poindre.

Avril signifie aussi venue parentale, et dans ce cadre j’ai passé ma commande, plus ou moins aboutie et nécessaire mais c’est aussi ça quand on est à l’étranger, on réalise au fur et à mesure les petites choses que l’on a en France et qui ne sont pas aisées ou bon marché à trouver ici. On fait sans jusqu’à ce que l’on puisse les faire venir en commande spéciale, en espérant que tout soit du voyage, et sinon ce sera pour cet été et mon passage assez long en Bretagne. Je me prépare peu à peu pour le Costa Rica, je ne sais trop comment évolue mon espagnol, mais en tout cas j’en fais quotidiennement et devra trouver un interlocuteur pour progresser encore un peu plus en mai.

La semaine en classe a été hyper intense, non pas sur le plan des compétences mais il y a encore des conflits à régler entre certains de mes élèves et même s’ils sont jeunes, j’ai vraiment l’impression de ne passer mon temps qu’à ça. Le fait que l’on ait démarré le travail avec Yann le Clown doit aussi jouer dessus. En effet, chaque jour pendant une heure, ils prennent une leçon de clown, et moi aussi, le tout pour monter un mini spectacle à présenter aux parents dès la semaine prochaine. Je ne doute pas qu’ils le feront de belle manière mais ça a toujours un petit côté stressant en tant qu’enseignant de lâcher son groupe. Entre Aya ma stagiaire, et Yann, mon temps face à eux est plus limité mais c’est aussi ça l’action à l’école, s’ouvrir aux autres. J’ai toujours mon habitude, je suis resté de longues heures à préparer pas mal de choses dans ma classe, et je ne sais pas pourquoi mais j’avais « pavillon noir » de Soldat Louis en tête, et je me passe cette musique en boucle cette semaine. J’ai pu mettre une radio bretonne en fond grâce à une découverte d’Alex. C’est aussi ça qui est plaisant, de se retrouver en Bretagne par intraveineuse.

Après la semaine, le weekend, calme et repos étaient la première des nécessités, si je ne compte pas la volonté sociale. La soirée de vendredi ayant laissé quelques traces, j’ai été plus raisonnable hier soir, rentré comme Cendrillon, mais quel plaisir de revoir ces gens que j’apprécie énormément et je n’avais guère vu depuis presque deux mois. Waël, Ghina, Racha, Rachel, je n’oublie pas à quel point j’ai fait de belles rencontres ici et que je vais continuer à en faire, je n’en doute pas.

Je finirai par deux anecdotes avant de filer au Yoga. Une série tv que je regarde depuis des années a pris fin cette semaine, « You’re the worst » sur la relation tumultueuse d’un britannique et d’une américaine à LA. Déjantée et loufoque, cette série acide m’a toujours fait rire et pris aux tripes par son rythme ciselé et ses personnages haut en couleurs. Enfin, j’ai découvert un concours qui permettrait d’avoir une nuit au Louvre avec une visite privée, apéro avec Mona Lisa, dîner face à la Vénus de Milo, et une nuit dans la pyramide. Je doute de gagner mais j’ai pris plaisir à répondre à la question posée. Je vous note ma réponse et vous laisse juge. En quoi vous êtes la personne idéale pour rendre visite à Mona Lisa, le tout en 800 caractères.  

« Voilà une question qui m’a fortement interpellé lorsque je l’ai lu. Je ne sais pas s’il existe vraiment une personne qui soit idéale pour recevoir cet honneur, ni la plus méritante ou la plus émue. Tout n’est qu’une question de ressenti. Alors quand la possibilité, le privilège de se retrouver à Paris, dans le plus célèbre musée au monde, et vivre une expérience à nulle autre pareille n’est qu’un rêve que l’on peut oser toucher du doigt. Être seul dans cet édifice, l’avoir pour soi, et avoir le plaisir de la solitude d’un endroit si fréquenté, je ne peux qu’en sourire et tenter ma chance comme tout le monde. Je ne sais pas à quoi ressemble la personne idéale, mais je peux vous assurer de réaliser la chance qui serait mienne si c’était mon cas. Merci de nous proposer de vivre ce rêve. »

C’est parti je file marcher jusqu’à mon cours de Yoga tout à l’heure… Namaste.

I'm gonna leave you anyway...

Lire la suite